Acrata

Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon

Jeudi 30 mai – 19h30 – Projection

« Je voulais faire un film contre la police, mais à ma manière », telles étaient les intentions d’Elio Petri concernant Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon. Sorti en 1970, son tournage s’achève au moment de l’attentat de la piazza Fontana à Milan, et de l’assassinat de Pinelli, anarchiste, par les flics de cette même ville.
Le chef de la section criminelle de la police romaine – tout juste transféré à la section politique – égorge son amante et laisse derrière lui une série d’indices qui l’incriminent directement. Flic amant du pouvoir, il démontre petit à petit que sa situation fait de lui un intouchable, que la société ne peut se permettre de le remettre en question. Si le film s’en prend à la police, il s’attaque aussi au pouvoir plus généralement, à la démocratie qui n’a rien à envier au fascisme qui l’a précédée en ce qui concerne la brutalité de la répression. Tout entier dévoué au maintien de l’ordre le plus pur, complet, et à l’éradication des « maux » qui rongent l’Italie en ces périodes de grèves insurrectionnelles, d’occupations étudiantes et d’auto-organisation, le commissaire n’hésite pas à recourir aux méthodes les plus violentes pour parvenir à ses fins. Et toujours, partout dans le film, la thématique du pouvoir revient, le pouvoir dans ses dimensions étatiques, mais aussi psychologiques, relationnelles. Un pouvoir qui est prêt à tout, aujourd’hui comme hier, ici comme en Italie, pour se maintenir en place, pour détruire ce qui le menace, et qui craint par-dessus tout celles et ceux qui, sans attendre qu’on les mène par la main, se révoltent pour le détruire, pour vivre sans entraves.
Un petit livre est sorti récemment, à propos de l’assassinat, en 1972, du commissaire Calabresi. Policier zélé aux méthodes brutales, il avait participé à l’interrogatoire de Pinelli et à sa défenestration. Le livre, intitulé Je sais qui a tué le commissaire Calabresi, est disponible au local. Nous en conseillons vivement la lecture avant la projection.

Fiction de Elio Petri (1970, 1h 55min).

Advertisements

Information

This entry was posted on 20/05/2019 by in Uncategorized.
Advertisements