Acrata

Le Brésil après la Coupe du Monde

Jeudi 2 avril à 19H30

Discussion

La Coupe du Monde de 2014 a provoqué pas mal de remous sociaux, surtout au Brésil, le pays où ce méga-spectacle a eu lieu. La période qui y précédait avait été très agitée avec l’émergence d’un vaste mouvement social s’opposant au pouvoir et au commerce.  Manifestations de masse, affrontements et destructions ont affirmé sans ambages qu’on n’acceptera pas sans coup férir la restructuration programmée de la ville, chassant surtout les pauvres. L’an dernier, une copine était passée pour esquisser le contexte social et la révolte à Rio dans la période avant la Coupe, maintenant elle viendra pour parler de ce qui s’est passé pendant et après.

& Docu

“We don’t like Samba” (de CIS-Berlin, 2014, 0h41, VOSTFR)
Documentaire sur les mobilisations sociales qui ont secoué le Brésil depuis les manifestations de juin 2013.
Comme souvent, il a suffi d’une étincelle – l’augmentation des transports – pour attiser la rage sociale et répandre le feu de la révolte jusqu’aux confins du pays. Les Brésiliens, écrasés par des salaires misérables, la précarité, des crédits pour une consommation toujours plus hors d’atteinte et, dans les favelas, par une répression policière militarisée, ont préparé la Coupe du monde à leur manière : résistances aux projets d’urbanisation, manifs massives et d’une radicalité explosive, grèves sauvages… Le pays n’avait pas vécu une telle irruption de frustration et de colère depuis la fin de la dictature militaire. Foulant aux pieds la trilogie foot-samba-carnaval, les éboueurs en grève, “les Garis” comme on les appelle, proclament : “On n’en a rien à foutre de la samba ! Nous sommes des rebelles”. C’est l’histoire de tous ces rebelles que raconte “We Don’t Like Samba”.

Advertisements

Information

This entry was posted on 05/03/2015 by in français.